Actualités

Conférence internationale sur la mise en œuvre du PNDES
14
Oct

Mise en œuvre du PNDES en 2017 : 46,5% de réalisation physique et 63,1% d’exécution financière en fin aout

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a présidé, le 13 octobre 2017, une session extraordinaire du comité national de pilotage du plan national de développement économique et social (PNDES). Cette rencontre a permis d’évaluer les performances de la mise en œuvre du PNDES et de décider des mesures correctives à prendre pour améliorer la mise en œuvre.

La Session extraordinaire du comité national de pilotage du Plan national de développement économique et social (PNDES) avait pour objectif principal d’apprécier l’état de l’avancement à mi-parcours de la mise en œuvre des actions programmées en 2017 et surtout de prendre les décisions idoines permettant d’avancer diligemment dans la mise en œuvre du PNDES. Faut-il le rappeler, l’exécution du référentiel de développement du Burkina en 2017 s’est faite dans un contexte marqué par un front social agité et par la persistance des activités terroristes aux frontières Nord du pays avec la Mali et dans la région de la Boucle du Mouhoun.En plus de ce contexte difficile, d’autres contraintes ont contrarié la performance dans l’exécution des actions programmées. Il s’agit, au niveau organisationnel et opérationnel, de :

- la non finalisation des référentiels sectoriels et locaux de développement cohérents avec le PNDES ;

- la non appropriation de la délimitation des périmètres de secteurs de planification ;
- des difficultés rencontrées dans la préparation et l’exécution des projets ainsi qu’à la faiblesse de l’accompagnement des acteurs locaux dans la mise en œuvre du PNDES.

Néanmoins, en dépit de ce contexte difficile, plusieurs réalisations ont pu être faites dans les différents secteurs d’activités. Sur le plan de l’exécution des projets structurants, le taux d’exécution physique estimé sur un lot de 27 projets était de 46,5% pour un taux d’exécution financière de 63,1% au 31 aout 2017. Pourtant, en fin juin, ces taux n’étaient que de 33,26% pour l’exécution physique et 21,63% pour l’exécution financière.

Les attentes des populations sont grandes. D’où la nécessité pour les acteurs de s’interroger avec clairvoyance et discernement sur les opportunités à saisir pour accélérer la mise en œuvre du PNDES. « La locomotive du développement est en marche et le PNDES est la meilleure opportunité pour l’atteinte des objectifs de développement du Burkina Faso. A ce titre, nous devons rester optimistes, mobilisés et travailler avec abnégation pour atteindre les objectifs fixés par le PNDES qui sont en cohérence avec les Objectifs du développement durable », a lancé le Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

 

Les recommandations

Selon le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, les résultats sont globalement satisfaisants. « Aussi bien au niveau des réformes que des taux de réalisations des investissements structurants, les résultats sont encourageants et satisfaisants », a-t-il précisé. A l’issue de la rencontre, les participants ont formulé des recommandations et pris des mesures afin d’améliorer davantage les performances pour avoir un taux de réalisation supérieure.

Le comité national de pilotage du PNDES en sa session extraordinaire du 13 octobre 2017, a pris les décisions ci-après :

- la validation du rapport de performance 2017 à mi-parcours et du tableau de bord de suivi des investissements structurants sous réserve de la prise en compte des observations et amendements formulés ;
- la prorogation au 31 décembre 2017 de l’échéance de formulation des politiques sectorielles. A cet effet, il invite les acteurs concernés à œuvrer au 31 décembre 2017 ;
- la délimitation du périmètre des secteurs de planification par la finalisation de leur découpage. Le comité invite les services techniques compétents (SP/PNDES et DGEP) à conduire les travaux techniques nécessaires à cette délimitation avec l’ensemble des acteurs du dispositif. En attendant les conclusions de ces travaux, la revue consent au regroupement de toutes les branches d’insdustrie du tourisme (hôtellerie, restauration et agences de voyage) dans le seul secteur de planification « Culture, sports et loisirs » ;

- le relèvement de la dotation budgétaire allouée au fonds national d’études et préparation des projets (FONEPP) ;

- l’adoption d’une feuille de route contenant les échéances et mesures à entreprendre afin d’atteindre la cible de 15% de part du budget national transféré en 2020 pour accroitre les capacités d’intervention des collectivités dans la mise en œuvre du PNDES.

Le chef du gouvernement n’a pas manqué d’exhorter tous les acteurs de mise en œuvre du PNDES à « retrousser les manches, à redoubler d’efforts pour qu’au soir du bilan, les juges de nos actions que sont les populations des villes et des campagnes du Burkina, nous attribuent une bonne note car, nous leur avons apporté réconfort et bien-être ».

Moussa Diallo
Lefaso.net