Actualités

Conférence de Paris pour le financement du PNDES
28
Nov

« Les populations ont compris les enjeux du PNDES et la vision du gouvernement » Paul Kaba THIEBA

Le samedi 19 novembre 2016, c’est la région du Centre qui a accueilli la dernière Conférence publique régionale du Premier ministre Paul Kaba THIEBA sur le PNDES. A la maison du peuple à Ouagadougou, la population du Centre s’est fortement mobilisée pour comprendre ce nouveau référentiel de développement, apporter leurs contributions et également porter leurs préoccupations. Le chef du gouvernement dit tirer une grande satisfaction de la mobilisation et de l’intérêt porté par les populations pour ces échanges.
Entamées depuis le 10 septembre dernier, les tournées régionales d’explication du Plan national de développement économique et social (PNDES) ont pris fin le samedi dernier dans la région du Centre. C’est la maison du peuple à Ouagadougou qui a abrité l’évènement.

  Le Premier ministre a débuté sa présentation en soulignant de prime abord que le PNDES diffère des référentiels de développement antérieurs de par le diagnostic sans complaisance qu’il fait des problèmes qui minent le développement de notre pays. Paul Kaba THIEBA renchérit en soutenant que : « Le PNDES dit la vérité sur la situation économique de notre pays et les remèdes visent à sortir définitivement le Burkina Faso de la pauvreté et à le mettre sur une trajectoire de forte croissance durable et inclusive ».
En effet, ce nouveau référentiel repose sur trois axes à savoir réformer les institutions et moderniser l’administration, développer le capital humain et enfin dynamiser les secteurs porteurs de l’économie.

Pour ce qui est du premier axe, le gouvernement de Paul THIEBA entend développer la démocratie, la justice et les droits humains. Un système de redevabilité sera mis en place obligeant les gouvernants à rendre compte et l’administration publique dépolitisée : responsabilisation d’agents compétents, promotion de la transparence, de l’alternance et la lutte contre la pauvreté.

Le second axe qui porte sur le développement du capital humain prend en compte l’éducation et la santé. En matière d’éducation, «  nous allons réformer l’école burkinabè. L’école doit permettre à nos enfants de sortir avec un savoir-faire. En plus de l’enseignement général, nous allons construire des lycées techniques et professionnels dans toutes les régions et revaloriser les séries C pour susciter les vocations scientifiques. Notre pays doit former des ingénieurs qualifiés dans tous les domaines porteurs pour espérer asseoir les bases d’un développement véritable. C’est pourquoi l’éducation est pour nous un secteur très important » a dit Paul Kaba THIEBA.

  En matière de santé, la vision du gouvernement est claire : aucun burkinabè ne doit faire plus de 5km avant de trouver un centre de santé. « Nous allons construire des centres de santé dans tout le pays. Dès 2017, un centre de santé spécialisé en cardiologie, un autre en hémodialyse et un troisième en oncologie seront créés » a déclaré le Premier ministre.
Le dernier axe portant dynamisation des secteurs porteurs de l’économie passe par une amélioration de la productivité et de la compétitivité à travers une maîtrise de l’eau, de l’énergie, la construction d’infrastructures routières…

Pour le Premier Ministre, le bilan de sa tournée dans les 13 régions est positif « J’ai eu la chance de parcourir les 13 régions du pays, mais s’il y a une leçon que je retiens, c’est que les populations ont bien compris l’essence du message et qu’elles adhèrent. Elles ont aussi compris les enjeux du PNDES et la vision du gouvernement qui traduit celle du Président du Faso qui consiste à placer notre pays sur une trajectoire de croissance forte et rompre avec la pauvreté. »

La Coordination des mouvements et associations pour la vulgarisation du programme du Président qui est l’initiatrice de cette activité se dit satisfaite d’avoir tenu le pari de la tournée dans les 13 régions du pays pour communiquer avec la population sur ce nouveau référentiel. « Au Sortir de la tournée que nous avons pu faire dans les 13 régions, nous tirons une grande satisfaction de la mobilisation et de l’intérêt porté par les populations pour ces échanges autour du PNDES. C’est une première que de travailler à une appropriation à la base et les populations ont compris cela. Elles sont sorties massivement pour comprendre le projet du Burkina de demain à travers le PNDES » a indiqué Adams Boris OUEDRAOGO, le Président national du comité d’organisation de ces tournées.
  Dans toutes les régions, les populations ont exprimé des attentes et des préoccupations concernant la mise en œuvre du PNDES. La coordination pense avoir fait œuvre utile en permettant à la population de pouvoir s’adresser directement à l’autorité. « C’est un acte de civisme par exemple que d’aller en contact de la population. Le fait de ne pas fuir les préoccupations de la population est en soi quelque chose de positif. Le fait d’écouter les populations les soulage. Maintenant au regard de ce qui a été dit, il y a des choses qui peuvent être changées ou améliorées par l’autorité et il y a des choses qui doivent avoir l’appui et l’engagement personnel de chacun au niveau de la base afin que les lignes bougent. » a indiqué Adams Boris OUEDRAOGO.

Après cette tournée dans les régions, le gouvernement s’attèle à relever un autre défi concernant la mise en œuvre du PNDES qui est l’organisation de la table ronde des bailleurs de fonds qui se tiendra les 7 et 8 décembre prochain à Paris. Cette table ronde devrait permettre de lever les fonds nécessaires pour le financement du PNDES.

DCI/PM