Actualités

Conférence de Paris pour le financement du PNDES
25
Oct

Financement du PNDES : Le premier ministre Paul Kaba Thiéba confiant sur le succès de la conférence de Paris

La conférence internationale des partenaires du Burkina Faso pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) pour la période 2016-2020 se tiendra les 07 et 08 décembre prochain à Paris. Le premier ministre Paul Kaba Thiéba a animé une conférence de presse, sur cet évènement, ce 24 octobre 2016 à Ouagadougou.

Le coût global de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) est estimé à 15 395,4 milliards de francs CFA. La part de financements sur ressources propres est évalué à 9 852,2 milliards de francs CFA, soit 63,8% du coût total du plan. Le besoin en financement à rechercher s’élève donc à 5570,2 milliards de francs CFA, soit 36,2% du montant total. Pour couvrir ce gap, le gouvernement burkinabè compte sur les contributions des partenaires techniques et financiers, les investisseurs privés nationaux et étrangers et par les appels aux marchés financiers.

C’est dans ce cadre qu’est prévue l’organisation d’une conférence internationale des partenaires du Burkina Faso à Paris, les 07 et 08 décembre 2016. Cette rencontre se présente comme une étape importante dans la mobilisation des ressources financières indispensables au financement du PNDES. Ce nouveau référentiel de développement vise à transformer en profondeur la structure de l’économie burkinabè. « Cette démarche permettra de pallier les insuffisances structurelles du système productif national et d’assurer une croissance forte et inclusive, au moyen d’investissements publics et privés destinés à accroitre substantiellement la productivité et la compétitivité de l’économie burkinabè », a assuré le premier ministre Paul Kaba Thiéba. Toute chose qui permettra, d’ici l’horizon 2020, d’atteindre un taux de croissance moyen de 8%, de créer 50 000 emplois par an et de lutter efficacement contre la pauvreté (ramener le taux de pauvreté de 40,1% à 35%).

L’agenda de la conférence de Paris

Mais, pour atteindre un tel objectif, il faut d’abord réussir à mobiliser les fonds prévus. Et cette recherche de financement passe par la conférence de Paris. La conférence des partenaires du Burkina à Paris se déroulera en deux journées. La première journée sera consacrée à la rencontre entre le gouvernement et l’ensemble des partenaires publics, multilatéraux, bilatéraux et les fonds souverains. La seconde journée, quant à elle, est réservée au secteur privé. Elle offrira ainsi la possibilité au gouvernement de présenter les opportunités d’investissements qu’offre le PNDES aux acteurs du secteur privé et aux fonds d’investissements privés. Avec pour objectif principal de mobiliser le maximum de ressources extérieures. De façon spécifique, la conférence des partenaires vise à :

- offrir au gouvernement une plateforme internationale pour présenter sa vision et ses orientations stratégiques à ses partenaires pour atteindre ses objectifs de développement sur la période 2016-2020 ;

- exposer les réformes structurelles entreprises en vue de la mise en œuvre du PNDES ;

- renforcer le cadre de partenariats entre l’Etat du Burkina, les partenaires bilatéraux et multilatéraux, les divers investissements, les divers investisseurs privés, en vue de sceller des engagements mutuellement avantageux ;

- renforcer les liens avec des partenaires et investisseurs ‘’non traditionnels’’ tels que les fonds souverains et les pays émergents ;

- enregistrer les engagements de principe des partenaires à financer le besoin de financement nécessaire à la mise en œuvre du PNDES ;

- s’accorder sur un cadre stratégique de suivi des engagements financiers pris par les PTF lors de la conférence ;

- sécuriser les financements pour combler le gap financier annuel nécessaire au bouclage du financement global du PNDES.

« Même s’il faut aller chercher l’argent en enfer… »

Le premier ministre Paul Kaba Thiéba s’est dit très confiant sur le succès de cette conférence organisée en partenariat avec la Banque mondiale. En prélude à cet évènement, le premier ministre avait déjà effectué une mission à Washington du 03 au 08 octobre dernier, où il a été reçu par le président de la Banque mondiale et la directrice générale du FMI. Tous ont réaffirmé leur soutien et leur accompagnement pour l’organisation réussie de la conférence des partenaires du Burkina sur le financement du PNDES, a confié le chef du gouvernement burkinabè.

Quant au choix de Paris pour la tenue de la rencontre, le chef du gouvernement estime qu’il s’agit d’une question de raison et de bon sens, car le Burkina ne dispose pas d’infrastructures adaptées pour accueillir une conférence internationale digne de ce nom. « Même s’il faut aller en enfer pour chercher l’argent, j’irai, ça ne me gêne pas », a-t-il martelé. Avant d’appeler les différents partenaires à faire confiance au Burkina sur lequel souffle un « nouveau vent de liberté et de démocratie ».

Moussa Diallo
Lefaso.net