Actualités

Conférence de Paris pour le financement du PNDES
18
Nov

Conférence des partenaires du Burkina Faso : l’engagement réitéré du PNUD à financer le PNDES

Le Premier Ministre a reçu en audience le jeudi 17 novembre 2016, Madame Helen CLARK, administrateur du Programme des Nations-unies pour le Développement (PNUD). Les échanges ont porté sur le PNDES, notamment la Conférence des partenaires du Burkina Faso prévu en décembre 2016 à Paris. La diplomate onusienne a traduit l’engagement de son institution pour la mobilisation des ressources lors de la rencontre de Paris.

La Conférence des partenaires du Burkina Faso prévue les 07 et 08 décembre 2016 à Paris pour le financement du Plan national de Développement économique et social (PNDES) ne se fera pas sans le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD). Mieux, le PNUD entend se mettre aux côtés du Burkina Faso pour la mobilisation des partenaires lors de ce rendez-vous.

Helen CLARK, administrateur du PNUD a fait l’annonce au chef du gouvernement au cours de l’audience de ce jeudi 17 novembre 2016. « Le PNUD travaille avec le Burkina Faso de manière très intense sur le Plan national de développement économique et social, PNDES. Le PNUD envisage assister à la conférence de Paris pour mobiliser les partenaires au profit du Burkina Faso. Le PNUD est très engagé dans le plaidoyer pour l’appui au Plan que le Burkina Faso a conçu », a indiqué Helen Clark à sa sortie d’audience. Il s’agira surtout pour le PNUD d’aider le Burkina Faso à la mobilisation du gap de plus de 5 000 milliards auprès des partenaires en vue de la mise en œuvre du nouveau référentiel de développement burkinabè. L’administrateur du PNUD s’est réjoui du fait que le Burkina Faso a alloué une partie très importante de ses ressources internes au financement du PNDES et des réformes engagées par le gouvernement.

Actualité oblige ! La conférence sur le changement climatique à laquelle a participé Mme Clark à Marrakech au Maroc s’est également invitée aux échanges, notamment le financement vert et la capacité du Burkina Faso de mobiliser des fonds sur ce financement. Pour elle, la question environnementale est tout aussi importante que le développement économique et social dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, d’où la nécessité de concilier les deux. « Le changement climatique est très important. Il faut avoir une approche de développement holistique qui permet d’engager un développement économique et social et un développement environnemental. Sans cela, nous ne pouvons pas diminuer la pauvreté », a-t-elle soutenu.

DCI/PM