Actualités

Conférence de Paris pour le financement du PNDES
8
Déc

« Burkina is back and opened for business », Paul Kaba Thiéba

La deuxième journée de la Conférence des partenaires pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) est consacrée au secteur privé. Pour son discours d’ouverture des travaux, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a annoncé le retour du Burkina sur la scène des affaires. « Burkina is back and opened for business », a-t-il lancé dans une salle pleine d’investisseurs.

« Je dis et je le répète, notre jeunesse a réussi l’insurrection d’octobre 2014 en s’opposant à la dictature, au pouvoir personnel. Notre jeunesse s’est insurgée, elle a résisté victorieusement au coup d’Etat et c’est en son honneur. Aujourd’hui, l’insurrection que nous devons mener, c’est l’insurrection contre la pauvreté par le travail. C’est l’insurrection contre l’indiscipline, l’incivisme. C’est cela qui est en jeu. Je voudrais demander à la jeunesse burkinabè de garder espoir. Il faut savoir que le chemin sera difficile mais forcément nous aboutirons à la victoire ». C’est en ces termes que le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba, a rendu, hier, un hommage à ce pays qui vient de loin après avoir surmonté des crises en 2014 et 2015.

Les réformes pour améliorer l’environnement des affaires

Aujourd’hui, le Burkina Faso signe son retour sur la scène internationale avec un référentiel de développement économique et social, le PNDES, jugé « solide et crédible » par ses initiateurs. C’est ce PNDES-là que les autorités burkinabè utilisent, ce jeudi 8 décembre, pour appâter les investisseurs privés après avoir réussi une opération de charme, la veille, face aux partenaires techniques et financiers. Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a invité le secteur privé à faire un tour du côté du Burkina Faso car c’est « vous les créateurs de richesses et des emplois ».

Pour mieux convaincre les investisseurs, le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Stéphane Sanou, a présenté l’environnement des affaires aux participants, un environnement marqué par un certain nombre de réformes entreprises dans le cadre du PNDES. Il s’agit notamment de la révision en cours du code des investissements, du renforcement des capacités du secteur privé surtout celles des acteurs des PME/PMI, la réduction de la part du secteur informel dans la valeur ajoutée du secteur tertiaire de 20,7% en 2015 à 15% en 2020, etc.

Une centrale à gaz de 140 mégawatts

En attendant les intentions de financement du secteur privé, prévues à la fin des travaux, le ministère de l’économie, des finances et du développement et celui de l’énergie, des mines et des carrières ont signé une convention avec le Groupe Windiga Energy, déjà présent au Burkina dans le cadre de la centrale de Ziga, pour la construction d’une centrale à gaz d’une capacité de 140 mégawatts pour un investissement de 111 milliards de francs CFA. Selon, le ministre en charge de l’énergie, Alpha Omar Dissa, des discussions ont été déjà entreprises avec la Côte d’Ivoire pour l’importation du gaz. Cette centrale, à l’en croire, sera certainement implantée dans la zone des Hauts-Bassins en allant vers la région des Cascades.

En dehors de cette convention, rappelons que le ministère de l’énergie a dans sa gibecière d’autres projets dont la construction de huit centrales solaires, la réalisation de quatre barrages hydro-électriques, la mise en place d’une usine de montage de matériel solaire et l’électrification rurale décentralisée.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net